Selon un récent sondage, une grande portion des Canadiens ne savent pas si la légalisation du cannabis influencera le coût de leurs assurances. Après tout, chaque compagnie applique des politiques spécifiques à ce sujet, surtout en ce qui concerne le secteur de l’immobilier. Pour le moment, toutes les spéculations se valent concernant assurances et cannabis.

Un sondage qui témoigne d’une confusion à l’échelle du pays

Le site web RateHub.ca est est spécialisé dans la comparaison des tarifs d’assurances. Ce dernier a récemment proposé un sondage à 1200 de ses utilisateurs. Les résultats démontrent que 78,76 % des propriétaires de maisons et 59,44 % des locataires croient que leurs assurances ne couvriront pas les dommages reliés à la culture de cannabis.

Parallèlement, seulement 5 % des propriétaires croient que leurs assureurs vont couvrir les éventuels dégâts causés par leurs locataires cultivant du cannabis. C’est 28 % qui croient que ces dépenses ne seront pas couvertes et 57 % qui affirment ne pas savoir ce qu’il en est. Pour le moment, il n’existe pas de ligne directrice en vigueur pour confirmer ou infirmer ces différentes possibilités.

Des compagnies d’assurances silencieuses

Matt Hands est le représentant de RateHub. Il affirme que les compagnies d’assurances ne font pas assez d’efforts pour informer les Canadiens à propos des modalités entourant le cannabis. Cette façon de faire contribuerait à alimenter la confusion. Pour le moment, le meilleur moyen de clarifier la situation est encore de contacter votre assureur afin de lui poser directement la question.

Dans le cas du Québec, le gouvernement libéral actuel a déjà décrété vouloir interdire la culture de la marijuana à domicile. Dans cette optique, les politiques des compagnies d’assurances devraient toucher dans une moindre mesure notre province. Cela dit, il est possible que cette mesure soit modifiée suite aux prochaines élections. Le Parti Québécois a effectivement affirmé vouloir permettre la culture de deux plants de marijuana à domicile, ce qui changerait la donne de façon majeure.

Sources : Producer et HuffPost

'