Au Canada, le cannabis est majoritairement produit à l’intérieur. Pour les plus petits producteurs, la tentation de faire pousser cette fameuse plante à l’extérieur est parfois grande. Cette approche plus traditionnelle est effectivement plus économique, mais aussi plus risquée.

Des avantages intéressants

D’un côté, il est tentant de faire pousser du cannabis à l’extérieur. Selon Alison Gordon, une représentante de 48North Cannabis Corp, ce type de culture permet de faire des économies considérables. Madame Gordon explique qu’il en coûte environ 2$ pour récolter un gramme de cannabis dans une serre intérieure. À l’extérieur, le coût de production se situe entre 0,02$ et 0,20$.

De plus, bien que la culture de cannabis extérieure soit une activité saisonnière, elle peut être très lucrative. Après tout, les légumes, fruits et céréales sont également cultivés dans des champs. Pour 48North Cannabis Corp, Alison Gordon estime qu’il est possible de cultiver 40 000 kilogrammes de cannabis pendant les mois favorables de l’année. Afin d’obtenir des résultats semblables, il serait nécessaire d’avoir une serre intérieure de 3,5 millions de pieds carrés, ce qui représente évidemment des investissements majeurs.

Des désavantages à considérer

D’un autre côté, la culture extérieure du cannabis implique plusieurs défis. Dan Sutton, le chef exécutif de Tantalus Labs, explique que les responsables de son organisation songèrent à cultiver le cannabis dans des champs extérieurs, mais que le projet a finalement été abandonné. En effet, le climat canadien peut se montrer très imprévisible. Nos étés ne sont pas toujours ensoleillés, et se caractérisent par une météo plutôt humide. Cette humidité risque d’ailleurs de mettre en péril la qualité du produit. À cela s’ajoutent les risques de contamination et les invasions d’insectes nuisibles. Comme Santé Canada surveille de très près la jeune industrie du cannabis, il est risqué de miser sur une culture extérieure de masse. Une compagnie qui produit du cannabis non conforme pourrait se voir retirer son permis de production.

De plus, il est estimé que la culture de cannabis requière un minimum de 75 à 90 jours sans gel au sol. Dans le cas de certaines variétés de cannabis, il faut quelques semaines supplémentaires de croissance pour obtenir une plante jugée parfaite pour la récolte. Il s’agit d’un pari audacieux, car l’hiver peut arriver très rapidement!

Pour toutes ces raisons, plusieurs compagnies préfèrent cultiver le cannabis en Amérique du Sud. Cette région du monde est idéale pour la culture extérieure, à la fois en raison de son climat et de l’expertise locale.

Sources:

Business.financialpost.com