Pour faire simple, les biocarburants sont conçus à partir de rejets végétaux ou animaliers. Ces substances sont une alternative au pétrole classique et impliquent moins de risques pour l’environnement, surtout quand il est temps d’en transporter. Le chanvre s’impose de plus en plus comme une plante de choix pour produire de tels carburants.

Miser sur la plante du 21e siècle

Comme le chanvre est capable de pousser dans des conditions très rudes et qu’il a des besoins limités en eau, il s’agit d’une alternative écoresponsable. De plus, en raison de ses terpènes, il résiste beaucoup mieux aux invasions d’insectes que le maïs ou l’huile de palme. En fait, un article publié dans le Biodiesel magazine suggère que la seule raison pour laquelle le chanvre ne domine toujours pas le marché des biocarburants est que la plante n’est pas assez cultivée pour le moment. Cela réduit sa compétitivité économique. Par contre, avec l’entrée en vigueur du Farm Bill de 2018 et l’accroissement de la production canadienne, ce handicap pourrait rapidement s’évaporer.

Quelques usages intéressants

Le chanvre permet entre autres de produire du diesel. Ce carburant peut être généré à base de l’huile contenue dans les graines de la plante. Une fois que ces dernières sont pressées, l’huile obtenue doit être raffinée. Quand cette étape est accomplie, il est possible de propulser toutes les voitures qui fonctionnent avec un moteur diesel. Le seul inconvénient à ce processus est qu’il faut produire du chanvre en quantité industrielle pour avoir suffisamment de graines à broyer. 

Alternativement, il est possible d’utiliser le chanvre pour produire de l’éthanol. Cette forme de biocarburant est traditionnellement produite à partir des céréales comme le maïs ou le blé. Lorsque ces cultures sont utilisées pour produire du biocarburant, elles ne peuvent pas servir à nourrir la population. Il serait donc avantageux de remplacer ces céréales pour du chanvre. Comme cette plante permet également de produire de l’éthanol, cette transition améliorerait notre efficacité alimentaire.

Évidemment, il n’est pas réaliste d’imaginer remplacer le pétrole uniquement par les biocarburants. Il faudrait alors recouvrir la planète entière de forêts de chanvre! Par contre, il s’agit d’une solution parmi tant d’autres pour diminuer notre dépendance aux combustibles fossiles.

Sources:

Energybc.ca

TheGuardian.com

MinistryOfHemp.com