Les clients du nouveau dispensaire de Curaleaf peuvent désormais commander du cannabis au volant, comme avec du fast-food! Il s’agit du deuxième dispensaire floridien à offrir un tel service. Des établissements semblables existent déjà en Louisiane et ce système pourrait rapidement être exporté ailleurs aux États-Unis. Pourquoi pas jusqu’au Canada?

Une question d’efficacité

Curaleaf possède 43 dispensaires de cannabis à la grandeur des États-Unis. Afin d’assurer l’accessibilité de cette plante en Floride, le projet pilote de service au volant a été mis en place dans la succursale de Miami. Dans cet État, le cannabis récréatif n’est pas légal, mais la version médicale du produit est couramment prescrite aux patients.

Ce service a d’ailleurs vu le jour en raison des demandes répétées des clients de Curaleaf. Plusieurs souffrent de conditions médicales qui réduisent leur mobilité. Dans ce contexte, il était logique d’ajouter un service au volant afin de faciliter le quotidien des clients. Joe Lusardi, le PDG de la compagnie, se dit fier de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie de ses clients par la mise en place d’un tel service.

Afin d’éviter que les amateurs de cannabis récréatif tentent de profiter de ces commandes au volant, il est nécessaire de présenter au commis une carte de marijuana médicale pour obtenir votre commande. De plus, les clients doivent prouver qu’ils ont été évalués au moins une fois pour une consultation privée à l’intérieur du dispensaire.

Le Canada traîne la patte

Au Canada, l’accessibilité au cannabis est loin d’être garantie, surtout pour les patients qui souffrent de mobilité réduite. La simple proposition de livrer du cannabis à domicile semble particulièrement épineuse. La semaine dernière, la Société ontarienne du cannabis (SOC) avait publié un appel d’offres pour garantir les livraisons de cannabis en une journée. Après seulement quelques heures, cette proposition a été retirée du site internet de la SOC sans explications supplémentaires.

Pour le moment, les clients canadiens n’ont toujours pas l’assurance de pouvoir obtenir leurs commandes rapidement. Cela peut se révéler extrêmement problématique pour un patient médicamenté qui souffre de douleurs chroniques, de convulsions ou de nausées.

Sources:

ICI.radio-canada.ca

Forbes.com