Une équipe de scientifiques rattachée au Sunnybrook Health Sciences Centre de Toronto suggère que le cannabis a du potentiel dans le traitement de la maladie d’Alzheimer. Les résultats préliminaires de leur étude démontrent que cette plante permet de calmer les patients particulièrement agités. Elle serait utile également pour ceux qui présentent des problèmes comportementaux.

Une maladie très répandue au Canada

Rappelons que selon les chiffres fournis par la Société Alzheimer Canada, 1,1 million de Canadiens sont touchés directement ou indirectement par cette maladie. Bien que toute la population y soit sujette, 65% des patients diagnostiqués après l’âge de 65 ans sont des femmes. On estime également qu’il en coûte annuellement 10,4 milliards de dollars pour traiter les gens atteints de maladies cognitives semblables au Canada.

Si ce chiffre est si élevé, c’est que les patients atteints d’Alzheimer demandent une attention bien particulière. C’est le cas surtout de ceux qui sont sujets à de soudaines crises d’agitation. Ces derniers sont particulièrement à risque de faire des chutes ou des crises cardiaques. C’est d’ailleurs dans des cas comme ceux-là que le cannabis est particulièrement intéressant d’un point de vue médical.

Des effets relaxants impressionnants

Krista Lanctot est la responsable de l’étude en question. Elle a testé les effets du cannabis médical sur 33 patients atteints d’Alzheimer. Ces derniers avaient été sélectionnées car ils s’étaient montrés particulièrement agités pendant une période de 14 semaines. La variété de marijuana utilisée était une forme synthétique produite spécialement pour maximiser les effets relaxants.

On a donc comparé ces patients à un autre groupe qui prenaient un simple placebo. On a ainsi constaté que les patients médicamentés à la marijuana synthétique étaient apparus beaucoup plus détendus. Cet effet calmant est dû aux cannabinoïdes tels que le THC ou le CBD. Ces derniers favorisent en effet la relaxation musculaire et cognitive.

En plus de favoriser la santé des malades, les préposés rapportaient également se sentir beaucoup moins stressés en raison de l’ambiance de travail plus paisible. Ainsi, le cannabis médical bénéficie indirectement aux aidants naturels et aux professionnels de la santé qui composent au quotidien avec des patients aux comportements problématiques.

Sources : Société Alzheimer Canada et CTV News

'