Selon une nouvelle étude conduite aux États-Unis, les baby-boomers utilisent de plus en plus de produits dérivés du cannabis. Cette nouvelle tendance s’expliquerait par des lois plus favorables à la consommation de cette plante. Ajoutons que cette clientèle composée de seniors consomment de la marijuana aussi pour des besoins médicaux particuliers.

La marijuana se démocratise chez les séniors

Une nouvelle recherche a été publiée la semaine dernière dans le périodique Drug and Alcohol Dependence. Selon cette dernière, c’est 9 % des Américains âgés de 50 à 64 ans qui ont utilisé de la marijuana pendant la dernière année. Chez les 65 ans et plus, ce pourcentage n’est que de 3 %. Cela dit, ces chiffres représentent tout de même une augmentation majeure dans le cas des citoyens séniors. Au total, les profils de 17 608 répondants ont été analysés.

Joseph Palamar est l’un des responsables de cette étude. Il affirme que la majorité de ces consommateurs n’en sont pas à leur premier joint. Ce n’est pas réellement une surprise, considérant qu’ils ont pour la plupart vécu la période hippie! L’équipe de scientifique ne craint d’ailleurs pas une augmentation démesurée de la consommation de cannabis.

Une hausse motivée par des besoins médicaux?

Selon le docteur Benjamin Han, un autre expert qui a contribué à l’étude, de plus en plus d’aînés se présentent à son bureau pour obtenir de l’information sur la marijuana médicale. Selon lui, bien que la marijuana soit bel et bien efficace pour traiter certaines conditions médicales comme les douleurs chroniques, des études supplémentaires doivent être conduites.

C’est particulièrement vrai pour les patients plus âgés qui consomment déjà d’autres médicaments. Dans un tel scénario, il est possible que le mélange de THC avec un cocktail d’opioïdes puisse causer des effets secondaires imprévisibles. Comme la substance est permise dans un nombre croissant d’États américains, le docteur Hans suggère donc à ses collègues de vérifier si leurs patients âgés consomment déjà de la marijuana afin d’ajuster leurs prescriptions en conséquence.

Sources : CNN