Avec la légalisation du cannabis récréatif qui approche à grands pas, le gouvernement multiplie les efforts pour éduquer la population concernant la marijuana. Cela dit, certains aînés autochtones s’inquiètent. Est-ce qu’on leur fournira cette documentation dans un langage que les jeunes comprennent?

La barrière de la langue

Effectivement, les représentants de certaines communautés autochtones reculées s’inquiètent de la situation. C’est le cas des Tlichos, qui vivent dans les Territoires du Nord-Ouest. Selon Santé Canada, le matériel informatif sera bel et bien traduit. D’ailleurs, on peut entendre actuellement des capsules d’informations audio diffusées sur les ondes des stations locales CBC et CKBL. Cependant, certaines de ses langues amérindiennes sont plus problématiques. Santé Canada souligne qu’il est particulièrement difficile de trouver un traducteur pour la langue Cree.

Une campagne de publicité à améliorer

Clifford Daniels, le chef des Tlichos, se réjouit de cette campagne de publicité. Par contre, il croit que le gouvernement doit déployer plus d’efforts pour rejoindre les jeunes de sa communauté. Selon lui, bien qu’il soit pertinent d’informer les consommateurs potentiels des effets de la marijuana sur l’organisme humain, il serait également souhaitable de faire de l’éducation concernant les changements légaux. Si les règles sont bien connues dans le cas de l’alcool au volant, la législation touchant la consommation de marijuana au volant demeure nébuleuse. Au total, 125 000 $ ont été investis par le gouvernement dans cette campagne d’information publique au Territoires du Nord-Ouest, pour éduquer la population concernant la marijuana.

Source : CBC