Les compagnies qui œuvrent dans le secteur du cannabis s’associent depuis des années à des célébrités afin de s’attirer l’attention du public. Dans la même logique, les conseils d’administration de plusieurs entreprises américaines commencent à embaucher d’anciens politiciens bien connus afin de se doter d’une aura de respectabilité.

Une seconde carrière pour des politiciens

Brian Mulroney, l’ancien Premier ministre du Canada, n’était décidément pas très 420 friendly pendant sa carrière politique. Ce dernier considérait que la marijuana était une substance comparable à l’héroïne, et qu’elle devait donc être traitée de façon similaire d’un point de vue légal. Désormais, monsieur Mulroney siège au conseil d’administration d’Acreage Holdings, un producteur de cannabis qui opère dans plusieurs États américains. Notre ancien politicien vedette mentionne à ce sujet que les mentalités ont beaucoup évolué ces dernières années.

Bill Weld, l’ancien Gouverneur du Massachusetts et John Boehner, l’ancien président de la Chambre des représentants des États-Unis, viennent également de faire un changement de carrière semblable. Rappelons que ces derniers étaient à l’époque farouchement opposés à la marijuana. Comme on dit, seuls les fous ne changent pas d’idée!

Une stratégie lucrative

Selon Michael Useem, un professeur de gestion de l’université de Pennsylvanie, il s’agit d’une excellente stratégie de la part des grandes compagnies de cannabis. En effet, avoir des experts de la politique qui savent prévoir le comportement des électeurs est un atout de taille. Ajoutons que le fait de voir ces figures bien connues à la tête des entreprises de marijuana confère une plus grande respectabilité sociale à ces dernières.

Dans le même ordre d’idées, plusieurs vétérans de l’industrie des télécommunications ont également fait le saut vers la culture du cannabis. Bien qu’il s’agisse de deux domaines complètement différents, Useem croit que les stratégies utilisées demeurent les mêmes. Concluons en mentionnant qu’un poste sur le conseil d’administration de telles compagnies représente un salaire annuel supérieur au million de dollars. Voilà une très bonne raison de sortir de la retraite!

Sources :

Philly.com

Huffington Post