Postes Canada a obtenu le mandat de livrer les commandes de cannabis à la grandeur du pays. Plusieurs s’interrogent maintenant sur la sécurité du processus. Dans cette optique, La société d’État a instauré des mesures afin d’empêcher les mineurs de commander de la marijuana et de se la faire livrer par elle.

Des mesures exceptionnelles pour des colis exceptionnels

Commander du cannabis risque de s’avérer un peu plus difficile que de se faire livrer une pizza. Bien que les politiques risquent de différer d’une province à l’autre, le cas de la Colombie-Britannique est très instructif.

Pour commencer, le consommateur devra entrer des informations personnelles lors de la commande en ligne. Certaines d’entre elles serviront à vérifier s’il a l’âge légal. Ainsi, en plus de votre carte de crédit, vous aurez probablement besoin de votre permis de conduire ou de votre carte d’assurance maladie pour passer cette première étape.

Dans le cas d’un adolescent un peu trop entreprenant qui aurait dérobé les cartes d’un adulte, le processus de livraison comprend également la formation de livreurs spécialisés. Ces derniers seront aptes à suivre les consignes fédérales pour vérifier l’âge des clients. Ainsi, lorsqu’un livreur se présentera chez vous, vous devrez obligatoirement présenter votre carte d’identité afin de recevoir votre commande.

À ce sujet, vous n’aurez pas à vous inquiéter du jugement de vos voisins un peu trop curieux. Le cannabis sera livré dans des boîtes neutres qui ne donnent pas d’indices sur leur contenu! Philip Legault, un représentant de Postes Canada, ajoute également que si un colis dégage une odeur trop forte de marijuana, le paquet ne sera pas livré tant que le problème va persister.

Évidemment, bien que ces efforts soient louables, il faut garder à l’esprit qu’un mineur qui désire obtenir du cannabis risque d’avoir recours au marché noir plutôt qu’au système officiel. Rappelons que selon les données de 2015, 21 % des jeunes affirmaient consommer du cannabis. Les revendeurs illégaux qui arpentent les ruelles sombres ne risquent donc de ne pas manquer de clients de sitôt.

Sources : The Star

'