Une équipe d’archéologues vient de découvrir des traces de chanvre sur les dents de squelettes qui datent de la préhistoire. Selon les spécialistes, cela démontre l’omniprésence de cette plante dans le quotidien de nos lointains ancêtres.

Les dents, des outils naturels

Malgré les sages conseils de nos dentistes, il est difficile de limiter l’usage de nos dents à broyer de la nourriture. En effet, qui n’a jamais mâchouillé un bout de stylo ou coupé une cordelette avec ses incisives? Lorsque que nous écrasons des objets avec nos dents, ces dernières peuvent subir de micro fractures. Des débris se retrouvent alors coincés dans ces imperfections, et peuvent y demeurer toute notre vie, même longtemps après notre mort.

C’est précisément ce qui explique la présence de chanvre dans les dents des squelettes découverts aux alentours de Naples, en Italie. Ces ossements proviennent de peuplades qui arpentaient la région il y a environ 4000 ans. Comme les micro fractures étaient seulement présentes chez les individus adultes, les archéologues supposent que ces derniers utilisaient leurs dents pour fabriquer des objets en chanvre, comme des cordes, des vêtements et même des fourreaux d’épées. De plus, il semble que les dents des femmes contenaient beaucoup plus de traces de cette plante. Ces dernières étaient sans doute en charge de la production de ces objets essentiels à toute la communauté.

L’histoire romaine marquée par le chanvre

L’usage de cette plante s’est intensifié au fil des âges. Les citoyens de la Rome antique utilisaient régulièrement le chanvre pour fabriquer des objets de la vie quotidienne, mais aussi pour des usages médicinaux. Pline l’Ancien, un chroniqueur de l’époque, mentionne que le chanvre était particulièrement efficace lorsque consommé sous forme de thé. Selon lui, la substance permettait entre autres de réduire les douleurs aux articulations. Cet effet pourrait être attribué au CBD contenu dans la plante, qui possède de puissantes vertus anti-inflammatoires.

Sources : Forbes et Hemp Shopper