Présentement, le CBD accapare une grande partie de l’attention médiatique en raison de ses propriétés thérapeutiques non hallucinogènes. Une étude récemment publiée vient cependant mettre les pendules à l’heure à propos du cannabis. Il semblerait que le THC soit quasiment un incontournable si vous désirez profiter du plein potentiel de la plante.

Une étude très techno

Cette recherche a été complétée par une équipe de la University of New Mexico. Elle met en évidence l’efficacité incontestable du THC et du CBD pour traiter les problèmes de douleurs chroniques. Cela dit, les résultats démontrent également que le THC est de loin plus efficace que son cousin non psychotrope d’un point de vue thérapeutique.

Les scientifiques responsables du programme utilisèrent les résultats compilés par l’application ReleafApp. Cet outil développé par Franco Brockelman, Keenan Keeling et Branden Hall permet aux utilisateurs de cannabis de décrire leurs expériences avec la plante. Ils peuvent notamment indiquer les cannabinoïdes consommés, ainsi que le moyen d’absorption. Il devient possible d’utiliser ces milliers de témoignages standardisés afin de mieux comprendre les effets du CBD et du THC. 

Dans le cas qui nous intéresse, les chercheurs analysèrent les résultats de 20 000 séances de consommation. Ils étudièrent 27 différents symptômes associés à la consommation de cannabis, en plus de mesurer l’effet de la dose sur une échelle de 0 à 10.

Le THC demeure le champion des cannabinoïdes

Les résultats enregistrés par les utilisateurs démontrent une tendance claire : le THC procure des effets beaucoup plus intenses que le CBD. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une grande surprise d’un point de vue récréatif, il s’agit d’un élément important pour ceux et celles qui désirent utiliser le cannabis dans une optique thérapeutique. Si vous êtes déjà médicamenté, le THC peut poser problème, car les hallucinations qu’il entraîne peuvent entraîner des complications médicales. En revanche, le THC permet également de réduire beaucoup plus efficacement les douleurs.

Jacob Miguel Vigil, le coauteur de l’étude, explique que le CBD est souvent décrit à tort dans la presse et dans les publications scientifiques comme étant le seul cannabinoïde digne d’un intérêt médical. Plusieurs professionnels de la santé préfèrent ne pas utiliser le THC en raison de ses effets parfois imprévisibles.

Il semble donc que cette approche conservatrice n’est pas la plus efficace si l’objectif principal est de soulager le patient de ses douleurs chroniques. L’utilisation complète du plant de cannabis, souvent appelée l’approche full spectrum, demeurerait l’avenue optimale.

Sources :

Eurekalert.org