La légalisation prochaine du cannabis récréatif force les municipalités canadiennes à revoir leurs lois. Dépendamment de l’endroit où vous habitez, certaines restrictions vont s’appliquer à la consommation de marijuana. Cela dit, des propriétaires de condominiums d’Edmonton veulent profiter de ces nouvelles lois pour bannir complètement la fumée de leurs immeubles.

Cannabis et tabac, même combat?

Zachary Dolman possède un immeuble à logement dans le secteur West-end d’Edmonton. Selon lui, la légalisation du cannabis est une bonne opportunité pour analyser l’efficacité des règles actuelles et possiblement les mettre à jour. Les administrateurs de l’immeuble de Dolman, comme bien d’autres, considèrent présentement l’idée de bannir complètement la fumée de la propriété. Rappelons que pour qu’une telle décision soit entérinée, 75 % des locataires doivent se prononcer en faveur de la proposition.

Évidemment, cette proposition suscite la controverse. Un résident anonyme de l’endroit déclare d’ailleurs qu’il ne veut pas qu’on lui dicte ce qu’il peut ou ne peut pas faire sur son propre patio. Les amendes pour quelqu’un qui est surpris à fumer à l’intérieur de son condominium s’élèvent déjà à 300 $. Bien que la question de la santé publique soit centrale, qu’en est-il des libertés individuelles? Il semble que la légalisation du cannabis soit utilisée comme un bouc émissaire pour renforcer des lois déjà très strictes.

La ville d’Edmonton caresse une approche similaire

Les propriétaires de condos ne sont pas les seuls en guerre contre la fumée. Les responsables municipaux d’Edmonton considèrent l’idée de créer une loi qui s’appliquerait autant aux fumeurs de cannabis que de produits du tabac. Ainsi, les joints, les cigarettes et les cigarettes électroniques seraient tous bannis de la plupart des lieux publics. Notons qu’à Edmonton, il faut se trouver à une distance minimale de 5 mètres d’une porte pour fumer. La nouvelle loi imposerait désormais aux consommateurs d’aller à 10 mètres de distance de l’entrée d’un établissement.

Source : The Star

'