Après une étude approfondie du dossier, les évêques catholiques de la Colombie-Britannique et du Yukon en sont venus à la conclusion qu’il est possible de consommer du cannabis sans mettre votre âme en péril. Cependant, les responsables religieux tiennent à clarifier certains points, pour freiner les ardeurs des adeptes de cette plante.

Du cannabis médical? Pas de problème!

Sept évêques de l’Ouest canadien soulignent qu’il y a différentes raisons de consommer du cannabis. Certaines seraient acceptables, alors que d’autres non. Quand il est question de calmer des douleurs ou des nausées, les évêques estiment que son usage est tout à fait indiqué. Ils comparent alors cette plante à n’importe quelle autre substance destinée à améliorer le bien-être de leurs fidèles.

En revanche, les évêques signataires du communiqué soulignent que la consommation récréative de cannabis est à proscrire. Ils soulignent que les effets hallucinogènes de cette plante peuvent handicaper votre jugement, et ainsi vous mener à commettre des actes jugés immoraux. De plus, ils croient qu’il vaut mieux éviter de consommer de la marijuana lors de périodes de stress ou de détresse psychologique. Les évêques encouragent plutôt leurs ouailles à consulter des professionnels de la santé mentale lors de ces périodes de vulnérabilité.

Un léger repositionnement idéologique

Bien que ces déclarations puissent sembler sévères aux yeux de certains, il semble que le clergé canadien a légèrement assoupli sa position à ce sujet. En effet, la Canadian Conference of Catholic Bishops qualifiait en juin dernier la légalisation du cannabis de décision « lamentable et désastreuse ». Or, le nouveau communiqué se montre un peu plus conciliant à l’endroit des fidèles qui souffrent de problèmes de santé.

Notons que ce nouveau communiqué a été publié quelques jours après le dévoilement d’un sondage Angus Reid qui révélait qu’un Canadien sur quatre a considéré l’achat de cannabis dans les deux semaines qui suivirent la légalisation de cette substance. Dans un tel contexte, il faut bien faire preuve d’une certaine ouverture d’esprit!

Sources :

Bccatholic.ca