Un peu comme aux États-Unis, des séances d’information à propos du cannabis sont offertes aux aînés partout au Canada. Un spécialiste de Vancouver donne présentement des conférences à ce sujet dans les résidences pour personnes âgées des différentes provinces du pays. Ces séances connaissent d’ailleurs un succès fulgurant!

Une mise à jour sur le cannabis

Terry Roycroft dirige le Medical Cannabis Resource Centre, une organisation privée qui se dédie à informer la population à propos du cannabis. Il explique que bien souvent, les aînés qu’il rencontre dans le cadre de ses conférences ne sont pas des néophytes. Plusieurs d’entre eux consommaient cette substance pendant la période des années 1960. Ainsi, le gros du travail consiste à mettre à jour les connaissances des séniors à propos des nouvelles variétés de cannabis.

Effectivement, la marijuana moderne est beaucoup plus complexe qu’à l’époque. Alors que les hippies se contentaient de fumer des joints peu concentrés en cannabinoïdes, les moyens de consommer se sont multipliés au fil des années. De nos jours, il est possible de vapoter son cannabis, ou encore de le manger sous forme d’aliments ou de pilules. Bientôt, les breuvages au cannabis seront également légalisés au Canada. Ajoutons que les concentrations de THC et de CBD de sont plus du tout les mêmes.

Une expérience enrichissante 

Monsieur Roycroft explique que souvent, les enfants de personnes âgées incitent leurs aînés à assister à ses conférences. Comme le CBD est partout dans les médias depuis quelques mois, plusieurs considèrent l’idée de se tourner vers cette substance afin de diminuer leur consommation de médicaments. Le CBD est effectivement réputé pour sa capacité à réduire les douleurs chroniques, l’anxiété et les tremblements.

La plupart du temps, l’objectif de ceux et celles qui assistent aux conférences n’est pas de se divertir, mais bien de profiter des effets thérapeutiques du cannabis. À ce sujet, Roycroft explique que plusieurs aînés ne veulent pas en fumer. La plupart se montrent plus intéressés à l’endroit des pilules ou encore des solutions topiques qui s’appliquent directement sur l’épiderme. Ces applications sont d’ailleurs beaucoup plus adaptées aux patients qui souffrent de problèmes respiratoires.

Dans un tel contexte, les conférences informatives sont un bon point de départ. Il est cependant nécessaire de consulter un professionnel de la santé pour s’assurer que le cannabis ne cause pas de problèmes aux patients déjà médicamentés.

Source : VancouverSun.com