Dans un peu moins de deux semaines, le cannabis récréatif sera légal au Canada. À cette occasion, plusieurs services policiers à travers le pays ont annoncé leur intention d’intensifier les barrages routiers. Ils espèrent ainsi dépister les conducteurs qui prennent le volant avec les facultés affaiblies. Une information à garder en tête si vous avez l’intention de faire l’achat de cannabis!

Des mesures particulières

Le Service de police d’Ottawa prévient la population qu’ils s’attendent à une hausse de la consommation de cannabis dès le 17 octobre. Un peu comme au Québec, les forces de l’ordre vont se fier à des tests traditionnels afin de déterminer si un conducteur est sous l’effet du THC. Ces tests sont très semblables à ceux qu’on utilise déjà sur le bord de la route pour détecter l’influence de l’alcool. Des programmes spéciaux sont d’ailleurs en cours pour former de nouveaux policiers spécialisés dans ce type d’opérations.

Des appareils de détection boudés par les policiers

Récemment, plusieurs doutes ont été soulevés sur le Dräger Drug Test 5000, l’appareil sensé aider les policiers à détecter le THC par la salive des conducteurs. En Colombie-Britannique, les policiers de Delta, Vancouver et Kamloops ont déjà décidé de ne pas utiliser cet engin. Le Service de police d’Ottawa en est venu à la même conclusion.

Cette décision se justifie surtout par le temps d’analyse exigé par l’appareil, soit 30 minutes pour fournir des résultats. Ajoutons que le Dräger Drug Test 5000 fournit des résultats erronés dans 15 % des cas avec le cannabis. De plus, ce dernier fonctionne mal dans un climat froid. Selon l’avocat criminaliste Paul Doroshenko, de telles données ne tiendront jamais en cour. Chacun contestera systématiquement son arrestation.

Nous vous suggérons donc fortement d’éviter de prendre le volant après une consommation de marijuana, aussi minime soit-elle. Même si vous avez l’impression que vos réflexes sont aiguisés, les policiers seront particulièrement aux aguets dans les prochains mois!

Sources : Le Droit et Radio-Canada