Le cannabis médical est utilisé à toutes les sauces depuis des décennies au Canada. Bien souvent, on parle de ses effets bénéfiques sur les patients qui sont en phase terminale ou qui souffrent de maladies bien particulières comme l’épilepsie. Cela dit, l’usage de cette plante ne se limite pas à des cas aussi particuliers.

Les différents cannabinoïdes contenus dans la marijuana possèdent l’étonnante faculté de réduire l’inflammation ainsi que les douleurs chroniques. Ils peuvent donc soulager ceux qui souffrent de maladies dégénératives, ou simplement les sportifs du dimanche qui sont aux prises avec des courbatures tenaces.

Le cannabis, comment ça marche?

Le corps humain possède de nombreuses ressources insoupçonnées, le système endocannabinoïde en est un merveilleux exemple. Ce dernier s’est développé chez différentes espèces animales il y a de ça 400 millions d’années. Pour faire simple, nous possédons tous des récepteurs CB1 et CB2. Ces derniers font partie du système endocannabinoïde humain, et ils entrent en action quand notre cerveau produit des cannabinoïdes naturels.

Fait intéressant, ces récepteurs peuvent aussi être activés par la consommation de cannabinoïdes externes, notamment ceux contenus dans les plants de marijuana. C’est notamment pour cette raison que le THC produit des effets hallucinogènes chez ses consommateurs. Dans le même ordre d’idées, les autres composés du cannabis sont capables de réduire la douleur chronique ainsi que l’inflammation.

Deux substances naturelles impressionnantes

Peu importe l’intensité de vos douleurs, les cannabinoïdes peuvent vous apporter un grand soulagement. À ce sujet, le T Δ-9-tétrahydrocannabinol et le cannabidiol sont les deux composants du cannabis qui se démarquent.

Le premier, plus couramment appelé THC, est bien connu pour ses effets psychotropes. Par exemple, sa consommation donnera l’impression que les couleurs paraissent plus vives et que les sons semblent mieux définis. De plus, cette substance entraîne une sensation de bien-être. L’intensité des effets varie selon la concentration de THC présente dans le cannabis, et de la quantité assimilée.

Quant à lui, le cannabidiol, souvent appelé CBD, a la particularité de ne pas entraîner d’effets hallucinogènes. Par contre, il possède également d’impressionnantes propriétés analgésiques et anticonvulsives. Sa consommation convient donc à ceux et celles qui mènent une vie active et qui doivent composer avec des petites douleurs au quotidien. Les témoignages d’utilisateurs suggèrent également que le CBD diminue l’anxiété et engendre une sensation de calme.

En relaxant le système nerveux, les cannabinoïdes contribuent également à diminuer les convulsions causées par des maladies comme l’épilepsie. Ce répit accordé aux muscles permet au patient de connaître une période d’accalmie bien méritée.

Différents types de douleurs

La douleur nociceptive ou périphérique est probablement la mieux connue. Cette dernière se déclenche lorsque vos muscles subissent des dégâts mécaniques en raison d’une blessure. Généralement, elle est traitée avec des opioïdes jusqu’à la guérison de la partie du corps touchée. Les problèmes surviennent lorsque cette douleur persiste sur une longue période. Il devient alors nécessaire de trouver une alternative naturelle aux médicaments qui peuvent causer de sérieuses dépendances. C’est particulièrement vrai pour les patients qui souffrent d’arthrose ou de polyarthrite.

Lorsqu’ils sont appliqués directement sur le site touché sous forme de crème, le THC et le CBD peuvent réduire grandement l’intensité de la douleur. Ajoutons que comme ces deux substances contribuent à relaxer mentalement l’utilisateur, ce dernier sera moins porté à concentrer son attention sur le mal qui l’afflige.

Quant à elle, la douleur neuropathique survient lorsque des nerfs périphériques sont coincés ou endommagés. Cette dernière sera également ressentie par les patients de chimiothérapie, étant donné que ce processus peut endommager le système nerveux. Encore ici, les cannabinoïdes peuvent être d’un grand secours. Lorsque le THC interagit avec les récepteurs CB1, l’intensité des signaux envoyés au cerveau s’en retrouve diminuée.

Finalement, la douleur centralisée se manifeste lorsque le système nerveux central est perturbé. Il en résulte une amplification des différentes douleurs ressenties par le corps humain. Dans de tels cas, la simple action de se gratter peut sembler insupportable. La fibromyalgie peut entraîner des sensations semblables. Pour le moment, la science n’explique pas parfaitement le processus de déclenchement de la douleur centralisée.

En revanche, une étude conduite sur 26 patients atteints de fibromyalgie a démontré que le cannabis médical était particulièrement efficace pour traiter leurs symptômes. Tous les participants affirmaient ressentir des bénéfices substantiels. La moitié d’entre eux ont d’ailleurs cessé d’utiliser leurs médicaments habituels au profit de la marijuana médicale, car elle suffisait à calmer leurs symptômes.

Sources :

Journal de Montréal

National Pain Report

Leafly.com

Psychomedia.qc.ca

NCBI