Alors que la prohibition du cannabis s’achève en Amérique du Nord, des diplomates chinois expriment leur mécontentement à l’égard de cette situation. À en croire leurs déclarations, il semble que la production massive de cannabis cause un tort considérable à la Chine.

Un trafic de cannabis qui cause des tensions

Lors d’une conférence de presse organisée la semaine dernière, le directeur de la China National Narcotics Control Commission a affirmé que le nombre d’utilisateurs de cannabis a grimpé de 25% en 2018 en Chine. Cette hausse représente environ 25 000 citoyens. Toujours selon le directeur Liu Yuejin, les exportations illégales en provenance de l’Amérique du Nord seraient en hausse constante depuis deux ans. En 2018 seulement, les douaniers chinois auraient intercepté 115 colis qui contenaient du cannabis. Cela représente 55 kilogrammes de cette plante. Monsieur Yuejin n’a pas spécifié de quels pays provenaient ces colis. Cependant, la plupart des suspects arrêtés seraient des étudiants et des travailleurs qui occupaient un poste à l’étranger avant de revenir s’établir en Chine.

Alors que le Canada et plusieurs États américains permettent la consommation récréative de cannabis, la Chine ne plaisante pas avec cette plante. Effectivement, en posséder plus de 50 grammes peut vous valoir la peine de mort. Parfois, les forces policières de villes comme Pékin conduisent des opérations de dépistage de drogue dans des bars bien connus de la capitale. Ces interventions visent entre autres à décourager ceux et celles qui désirent se procurer du cannabis ou d’autres substances illégales.

Une situation complexe

Ce n’est pas la première fois que la Chine rabroue le Canada en raison du cannabis. Même avant sa légalisation, cette substance était déjà exportée par des trafiquants canadiens. Ironiquement, les triades chinoises basées dans la région de Vancouver sont en grande partie responsables de ce commerce illicite.

À l’inverse, ces organisations criminelles importent de grandes quantités de fentanyl à partir de la Chine. Le président Trump a d’ailleurs critiqué cette situation en affirmant que le système postal américain était contaminé par des colis remplis de fentanyl en provenance de la Chine. Selon le Center for Disease Control and Prevention, le fentanyl était impliqué dans une surdose mortelle sur quatre en 2018. Cette puissante drogue est de 30 à 50 fois plus puissante que l’héroïne.

Le gouvernement chinois avait d’ailleurs affirmé vouloir stopper ce trafic en avril dernier, probablement pour apaiser les relations avec les Américains. Est-ce que le Canada pourra en faire autant afin de calmer le jeu? Cela reste à voir. Pour le moment, le marché noir local se porte toujours très bien.

Sources:

CNN.com