Supposons que vous croisez un fumeur de cannabis lors de votre petite marche de santé, est-ce qu’il faut retenir votre souffle pour éviter d’être affecté par la fumée secondaire? Plusieurs études existent déjà à ce sujet, et il semble qu’il soit extrêmement difficile d’absorber des cannabinoïdes dans de telles conditions. Dans de rares cas, il est possible de ressentir des effets hallucinogènes si vous êtes entouré de fumeurs. Cela dit, il faut que des conditions exceptionnelles soient au rendez-vous.

Tous en voiture!

La première étude à ce sujet a été publiée dans le Journal of forensic Science en 1985. Afin de déterminer si la fumée secondaire du cannabis causait des effets psychotropes, cinq volontaires non-fumeurs prirent place dans un petit véhicule en compagnie de cinq fumeurs. Évidemment, les fenêtres de l’habitacle étaient fermées. Après que la fumée se soit dissipée à la fin de l’expérience, il a été déterminé que les non-fumeurs n’avaient qu’une petite dose de THC dans le sang et l’urine. Dans de si faibles concentrations, il est impossible de ressentir des effets psychotropes.

De nombreuses expériences semblables eurent lieu par la suite, et toutes en tirèrent des conclusions similaires. Nous savons cependant qu’en raison de cette absorption minimale et involontaire de cannabis, le fait que quelqu’un a du THC dans le sang ne signifie pas pour autant qu’il a directement consommé la substance. Il s’agit d’un détail très important à prendre en compte dans les causes judiciaires reliées à la conduite avec les facultés affaiblies.

Et dans des conditions exceptionnelles?

Comme la marijuana moderne est cinq fois plus puissante que celle des années 80, est-ce que ces résultats tiennent toujours la route? Cecilia J. Hillard croit que oui. Cette pharmacologue explique que l’air expiré par les fumeurs contient très peu de THC. En fait, la fumée secondaire contient surtout des hydrocarbures. Le pire qui puisse vous arriver est de ressentir une irritation au niveau des yeux et du nez, ce qui est typique avec tous les types de fumée.

Par contre, il semble qu’il soit possible de ressentir de légers symptômes hallucinogènes dans des circonstances exceptionnelles. Lors d’une étude menée en 2015, six fumeurs de marijuana furent confinés avec six non-fumeurs. L’expérience fut menée dans une pièce ventilée, puis dans une autre salle non ventilée. Les scientifiques détectèrent de légers symptômes hallucinogènes chez les non-fumeurs, notamment en évaluant leur état psychologique et leurs capacités psychomotrices.

Ainsi, il est bien possible d’être affecté par la fumée secondaire du cannabis. Mais pour en arriver là, vous devez littéralement vous enfermer dans un fumoir non ventilé en compagnie de plusieurs fumeurs. Bref, vous n’avez pas à vous inquiéter si vous marchez paisiblement dans un parc!

Sources :

Businessinsider.com

Health24.com