Comme le cannabis récréatif sera bientôt légalisé au Canada, les soldats canadiens auront également le droit d’en consommer. Cependant, ces derniers devront se plier à des politiques bien précises des Forces canadiennes afin de ne pas subir l’ire de leurs supérieurs.

Une politique qui s’inspire des réglementations concernant l’alcool

Le lieutenant-général Chuck Lamarre est responsable du dossier de l’usage du cannabis dans les Forces canadiennes. Il mentionne que comme la substance ne sera bientôt plus illégale, il sera impossible de l’interdire complètement aux soldats. Cela dit, il insiste sur le fait que les militaires et le personnel de soutien se doivent d’être en état de réagir efficacement, en tout temps. Ainsi, comme dans le cas de l’alcool, des directives spéciales viendront réglementer la consommation de cannabis. Certains rôles spécifiques, notamment celui de pilote, risquent de devoir se plier à des règles encore plus strictes.

Toujours selon le lieutenant-général Lamarre, des décisions seront prises selon les faits scientifiques connus. C’est le cas, entre autres en ce qui concerne le THC, l’une des composantes du cannabis. Ce dernier engendre des effets psychotropes pendant environ 3 heures et peut demeurer dans le système sanguin pendant 72 heures.

Une substance bien connue des militaires

Depuis 2007, les Forces canadiennes ont soumis leurs soldats à des tests de dépistage impromptus afin de déterminer quelles étaient les drogues les plus utilisées. Sans surprise, d’année en année, la substance la plus utilisée par les militaires est le cannabis. Malgré cette popularité et la légalisation imminente, le lieutenant-général Chuck Lamarre ne s’attend pas à une hausse drastique de la consommation.

Source : CBC