Dans le monde du sport, le cannabis est souvent considéré comme tabou. Bien qu’il soit de notoriété publique que de nombreux sportifs de premier plan utilisent cette plante, peu en font la mention pendant leur carrière. Bien souvent, les ligues sportives professionnelles s’opposent moralement à l’usage de la marijuana. Certains associent même cette substance aux produits dopants. Afin d’en apprendre plus à ce sujet, un étudiant canadien s’est donné comme défi d’étudier la relation qu’entretiennent les sportifs avec le cannabis.

Une étude centrée sur les athlètes

Alec Skillings est un étudiant de sociologie de l’Université de l’Alberta. Jusqu’en août 2019, il va interroger des athlètes sur la relation qu’ils entretiennent avec le cannabis. Dans une entrevue avec le journal The Gateway, Skillings explique que peu d’études se sont penchées sur le sujet. Cela n’est guère surprenant, puisque le cannabis a seulement été légalisé il y a quelques mois au pays. Il était auparavant difficile de conduire des études scientifiques à ce sujet.

Les volontaires vont donc raconter leurs expériences avec le cannabis, en plus de partager les défis auxquels ils font face en tant qu’athlètes. Les résultats préliminaires suggèrent que certains sportifs utilisent cette plante pour mieux gérer leur anxiété, alors que d’autres en font un simple usage récréatif.

Skillings explique que bien que la consommation de cannabis soit désormais permise au Canada, le Centre canadien pour l’Éthique dans le Sport interdit toujours l’usage de cette plante. Cette entité qui chapeaute la pratique des sports au Canada se base sur la liste de substance prohibée par l’Agence Mondiale Anti-Dopage. Ainsi, les sportifs qui consomment sont dans une position particulièrement délicate.  

Un mouvement de réforme au sommet

Plusieurs athlètes professionnels s’opposent ouvertement à la prohibition du cannabis dans le monde du sport. Des ligues sportives professionnelles adoptent une certaine tolérance à l’endroit des joueurs qui font un usage modéré de la plante. C’est notamment le cas de la NHL. De manière similaire, d’autres ligues permettent désormais l’usage du CBD. Ce composé actif du cannabis est réputé pour ses propriétés antidouleur et antistress.

Lentement mais sûrement, la plante verte sort de l’ombre même dans le domaine du sport. Il sera intéressant de voir si les nouvelles études qui portent sur le cannabis contribueront à modifier les règles sportives internationales qui sont présentement en vigueur.

Sources :

TheGatewayOnline.ca

'