Le cannabidiol, mieux connu sous l’acronyme de CBD, est l’un des principaux composants du cannabis. Ce dernier est de plus en plus étudié par la communauté scientifique en raison de sa capacité à réduire les crises d’épilepsie. D’ailleurs, il est bon de noter qu’il n’entraîne pas d’effets psychotropes à ses utilisateurs.

Les patients qui souffrent du syndrome de Lennox-Gastaut pourraient également utiliser ce cannabinoïde. C’est ce que révèle une nouvelle étude récemment publiée dans le New England Journal of Medicine. Une étude similaire publiée dans le journal Neurology souligne le potentiel étonnant du CBD chez les gens souffrant d’autisme.

Le syndrome de Lennox-Gastaut : une maladie handicapante au quotidien

Le syndrome de Lennox-Gastaut est une condition médicale qui se développe surtout les enfants en bas âge. Très semblable à l’épilepsie, cette maladie entraîne chez les patients qui en souffrent des crises de tremblements ainsi qu’une perte de motricité généralisée. Ces symptômes s’accompagnent généralement de troubles de comportements, ainsi que de retards dans le développement intellectuel. Malgré les traitements conventionnels, les gens qui souffrent du syndrome de Lennox-Gastaut ne peuvent notamment pas conduire, car le risque de crise est trop élevé.

Le CBD testé en laboratoire sur des patients

GW Pharmaceuticals, une compagnie pharmaceutique qui s’intéresse au potentiel des cannabinoïdes a financé l’étude concernant le syndrome de Lennox-Gastaut. C’est 225 patients âgés entre 2 à 55 ans qui ont participé à cette dernière. D’abord, ils ont été séparés en trois groupes. Ensuite, certains d’entre eux recevaient des doses de 10 milligrammes de CBD, d’autres 20 milligrammes, et les autres, un simple placebo. Les participants qui se voyaient administrer du CBD disaient remarquer une diminution du nombre de crises d’épilepsie quotidiennes.

Cependant, il semble que la combinaison du cannabinoïde et des traitements conventionnels a engendré chez un petit nombre de participants de la fatigue, des pertes d’appétit ou de la diarrhée. Comme il ne s’agit que d’une étude clinique, il reste beaucoup de travail à faire. En effet, nous sommes encore loin de la commercialisation d’un nouveau médicament.

Des résultats encourageants pour les autistes

Dans le même ordre d’idées, il semble que l’ingestion de comprimés à haute concentration de cannabidiol permette de réduire considérablement les symptômes de l’autisme. Du moins, c’est ce que suggère une étude menée par une équipe de chercheurs israéliens.

Afin de mener à bien cette étude, on a administré un médicament contenant un ratio de 20:1 de CBD et de THC à des adolescents souffrant d’autisme. Suite à l’expérience, 61% des sujets rapportaient une nette amélioration de leurs symptômes comportementaux. De plus, près de la moitié des patients affirmaient avoir remarqué une diminution de leur niveau d’anxiété. Ils ont notés également une plus grande facilité à communiquer. Finalement, c’est 29% des sujets de l’étude qui ont observé une diminution de leurs comportements antisociaux.

À la lumière de ces résultats prometteurs, l’équipe responsable de l’étude en vient à la conclusion qu’il est probable qu’un médicament à base de CBD puisse être développé afin de mieux traiter l’autisme.

Ces deux études ne fournissent que des résultats préliminaire. Cependant, il est encourageant de remarquer l’intérêt récent que démontre l’industrie pharmaceutique envers les cannabinoïdes, en particulier le cannabidiol.

Sources : Wikipedia, The Fresh Toast et MJ News Network