Alors que le cannabis devient de plus en plus populaire chez les aînés, ces derniers sont toujours réticents à parler ouvertement de leur consommation. Malgré une perception sociale plus positive de cette substance, il semble que les stéréotypes persistent dans certains groupes de la population.

Une substance efficace

Les recherches récentes démontrent que le cannabis est particulièrement efficace pour soigner divers problèmes de santé. Le CBD et le THC parviennent souvent à traiter l’inflammation, les douleurs chroniques et les troubles du sommeil. De nombreux aînés sont aux prises avec de petits problèmes de santé qui entraînent de tels symptômes. Ceux et celles qui sont médicamentés pour des maladies plus sérieuses comme le cancer pourront également retrouver l’appétit en consommant de la marijuana médicale.

Des stéréotypes bien ancrés

C’est précisément le cas de Greg Saweikis, un patient atteint du cancer du pancréas qui subit des traitements de chimiothérapie. Ce dernier affirme que le cannabis lui permet de mieux se sentir, notamment en lui conférant un meilleur sommeil. En revanche, Saweikis explique que les gens de sa génération hésitent à utiliser cette plante. Encore aujourd’hui, la propagande anti-cannabis qui règne depuis les années 30 influence ses décisions et ses sentiments. Les gens de sa génération associent beaucoup la marijuana à la culture débridée des hippies des années 60.

Leland Rucker est l’éditeur du magazine Sensi, une publication pour adultes qui se veut 420 friendly. Dans le cadre d’une entrevue réalisée avec une femme âgée qui consomme du cannabis pour parvenir à dormir, la principale intéressée a mentionné qu’elle a honte de consommer cette plante, malgré son efficacité. La dame explique que le cannabis lui a été présenté sous un angle strictement négatif toute sa vie, ce qui lui cause encore aujourd’hui un profond malaise. Le stéréotype de la «plante du diable» serait donc encore profondément ancré chez les citoyens plus âgés.

Toujours selon Rucker, les aînés qui essaient la marijuana sont souvent influencés par leurs enfants et leurs petits-enfants, qui ont une attitude plus favorable à l’endroit de cette plante. La légalisation progressive de la substance à la grandeur de l’Amérique du Nord risque de mettre les pendules à l’heure, notamment en permettant à la recherche scientifique de démystifier les effets des cannabinoïdes.

Sources :

Kgun9.com

'