Barachois Brook est une petite communauté de Terre-Neuve. En raison du manque d’emplois, la situation économique n’a jamais été très facile pour les habitants de la région. Or, un producteur de cannabis prévoit désormais s’implanter dans cette municipalité. Avant la légalisation de cette plante, un tel projet aurait été considéré comme complètement loufoque. Maintenant, il s’agit d’une réalité qui risque d’améliorer le quotidien de centaines de personnes.

Un projet d’envergure

Back Home Medical Cannabis Corp est une filiale de la compagnie ontarienne Biome Grow. C’est avec un plaisir non dissimulé que les responsables de Back Home annoncèrent au début du mois la construction d’une usine de production de cannabis à Barachois Brook. Au départ, la compagnie prévoit s’installer dans un bâtiment de 18 000 pieds carrés, pour ensuite procéder à la construction d’un complexe de 150 000 pieds carrés. Il va s’agir de la plus grande installation du genre dans la province de Terre-Neuve-et-Labrador.  

Dave Callahan, le président de Back Home, estime que ce projet monumental va donner de l’espoir aux habitants de la grande région de Bay St. George. Il explique qu’en plus de donner des opportunités d’emplois aux résidents, il s’agit d’un projet à long terme. La nouvelle usine de production de cannabis pourrait donc assurer la sécurité économique de plus d’une génération.

Monsieur Callahan affirme que le nom de Back Home Cannabis est très révélateur. La compagnie désire rapatrier des emplois à la maison, donnant aussi une raison aux gens de Barachois Brook de rentrer chez eux plutôt que de travailler dans d’autres régions du pays.

Du cannabis pour local

Les responsables de Back Home ont bien l’intention de vendre leur cannabis dans la région de Bay St. George. En fait, Dave Callahan a déjà visité plusieurs dispensaires locaux afin de s’enquérir de leur intérêt pour de nouveaux produits haut de gamme. Cela dit, le cannabis produit dans cette nouvelle usine sera également exporté partout au Canada, et peut-être même à l’international. Callahan estime ainsi être en mesure de faire compétition aux gros noms du domaine, notamment Canopy Growth.

Avant d’obtenir le feu vert pour mettre de l’avant ce projet, les responsables de Back Home doivent prouver deux points essentiels. Premièrement, que la main-d’œuvre recrutée sera en grande partie féminine, afin de fournir des opportunités d’emploi aux femmes de la région. De plus, un plan de gestion des matières résiduelles est exigé afin de s’assurer que les rejets biologiques de cannabis ne deviendront pas une source de pollution. Toujours selon Dave Callahan, ces deux conditions ne sont pas problématiques. Les habitants de Barachois Brook peuvent donc s’attendre à voir bien de l’activité dans leur petit coin de pays au cours des prochaines années!