Une nouvelle étude révèle que le cannabis contribue à diminuer les douleurs causées par les maladies inflammatoires de l’intestin. Bien que cette recherche ait seulement été conduite sur des souris de laboratoire, les découvertes qui en découlent pourraient expliquer pourquoi les consommateurs de cannabis médical rapportent depuis des années que la plante permet de combattre les douleurs inflammatoires.

Différentes maladies, mais des symptômes similaires

Lorsque l’on parle de maladies inflammatoires de l’intestin, la maladie de Crohn est celle qui revient le plus souvent. La colite ulcéreuse est également très répandue en Amérique du Nord. Ces conditions médicales peuvent toucher différentes parties du système digestif, soit l’œsophage, l’estomac et évidemment, l’intestin.

Dans tous les cas, les symptômes incluent des douleurs soudaines au niveau du ventre, de la fatigue généralisée, des ballonnements, des pertes d’appétit ou encore des ulcères. Étant donné ces nombreux désagréments, plusieurs ont recours au cannabis médical afin de réduire l’intensité des symptômes. Un grand nombre de témoignages anecdotiques suggèrent que les cannabinoïdes contenus dans cette plante contribuent effectivement à contrôler ces symptômes. Ceci dit, il n’existe toujours pas de consensus scientifique à ce sujet. La nouvelle étude suggère cependant des pistes intéressantes.

Une étude canadienne qui ouvre de nouvelles avenues de recherche

Beth McCormick est une microbiologiste rattachée à l’Université du Manitoba. Elle soutient que pour la première fois, son équipe est parvenue à identifier quelles sont molécules impliquées dans le contrôle de l’inflammation. De plus, les scientifiques savent désormais comment le système endocannabinoïde contribue à diminuer l’intensité des douleurs. Selon les résultats préliminaires, le système immunitaire tente de combattre les maladies inflammatoires en relâchant des molécules endocannabinoïdes. Ce processus sert à réduire l’inflammation. Ceci dit, lorsque ces molécules ne sont pas suffisamment présentes, les symptômes ressentis empirent. La consommation de cannabis pourrait donc compenser cette lacune.

Éventuellement, il pourrait être possible de développer un cannabinoïde synthétique qui vise spécifiquement les récepteurs du système digestif. Cependant, Il faudra encore plusieurs années de recherche pour aboutir à une application médicale utile aux humains.

Sources : Gouvernement du Canada et Science Alert