En cette journée d’élections, il est intéressant de remarquer que le cannabis est récemment devenu un enjeu dans la campagne électorale québécoise. Les partis se sont affrontés la semaine dernière à propos d’éventuels cafés qui permettraient à leurs clients de consommer du cannabis, un peu comme dans les coffee shops d’Amsterdam.

Une suggestion du Parti Québécois

L’idée a été lancée par Sylvain Pagé, un candidat du Parti Québécois. Selon ce dernier, la loi actuelle est déficiente, car elle interdit la consommation de cannabis dans plus d’une quarantaine de types de lieux publics. Pagé ajoute qu’en plus des restrictions propres aux municipalités, certains propriétaires d’immeubles locatifs risquent d’interdire la marijuana. Dans ce contexte, la loi C-45 qui est censée légaliser cette substance devient quasiment inapplicable dans le cas du Québec.

Afin de remédier à cette situation, il propose de modifier la loi afin de permettre l’ouverture de commerces spécialisés. Ainsi, les clients pourraient y fumer de la marijuana en toute quiétude. Cela dit, cette suggestion se bute à une opposition de taille.

La Coalition Avenir Québec et les libéraux s’opposent à l’idée

François Legault, le chef de la Coalition Avenir Québec, semble très peu favorable à cette idée. Selon lui, les Québécois devraient se contenter de consommer du cannabis chez eux. Le chef de la CAQ craint que l’ouverture de tels commerces banalise la consommation auprès des jeunes. Il a d’ailleurs mentionné à plusieurs reprises que s’il est élu, l’âge légal pour consommer de la marijuana passera de 18 à 21 ans.

De son côté, Philippe Couillard s’est également opposé à l’ouverture de cafés 420 friendly. Le chef du Parti Libéral estime que si la loi contre le tabac interdit de fumer dans les restaurants ou les bars, des normes identiques devraient s’appliquer au cannabis.

Pour le moment, les représentants de Québec Solidaire ne se sont pas prononcés sur cette proposition. Le Parti Québécois fait donc cavalier seul à ce sujet.

Sources : Journal de Québec et HuffPost

'