24,5 millions de dollars. C’est la somme qui vient d’être accordée par le gouvernement fédéral pour l’étude du cannabis. Ce montant impressionnant est destiné à faire du Canada un chef de file dans la recherche sur les cannabinoïdes. Plusieurs scientifiques du pays doivent trépider d’excitation en pensant à toutes les possibilités offertes par cette aide!

En mission pour mieux comprendre une plante

Bill Blair, le ministre responsable de la réduction du crime organisé, a fait l’annonce de l’allocation de cette somme la semaine dernière. Il a notamment affirmé que ces 24,5 millions serviront à faire de notre monde un endroit plus sécuritaire et propice à une bonne santé. Selon monsieur Blair, les gens qui utilisent du cannabis médical doivent se fier à des témoignages anecdotiques depuis trop longtemps. Il est grand temps que les professionnels se penchent sur la question. Des questions bien précises seront étudiées, notamment l’efficacité de l’huile de cannabis pour le traitement des couleurs chroniques.

Informer les jeunes

Ces fonds de recherche seront dédiés à 26 projets de recherche menés un peu partout au pays. La priorité sera de mieux comprendre l’effet que le cannabis a sur les jeunes, afin de pouvoir faire des campagnes de prévention qui sont basées sur des faits bien documentés. Le gouvernement espère ainsi rejoindre plus efficacement les jeunes qui tendent à se montrer cyniques à l’endroit des campagnes contre l’usage de drogues. Plutôt que d’opter pour des stratégies démodées, des « café-cannabis » seront organisés avec des jeunes du secondaire. Ces discussions permettront de démystifier les effets de cette plante directement auprès des utilisateurs potentiels.

Faire le bonheur des scientifiques et de l’industrie

Alors que le gouvernement s’apprête à légaliser les aliments au cannabis, les universitaires profiteront de cette subvention pour mieux documenter les effets des cannabinoïdes comme le THC et le CBD. Dépendamment des résultats, il sera possible d’adapter la réglementation en vigueur. Rappelons que Santé Canada doit toujours déterminer quel dosage sera permis pour les aliments et boissons. S’il est élevé, les utilisateurs seront plus à risque de faire l’expérience de crises de panique. À l’inverse, des aliments à très faible concentration de THC ne procureront pas d’effets très satisfaisants. Les consommateurs se tourneront donc à nouveau vers le marché noir.

Ces 24,5 millions de dollars seront donc accordés à des projets de recherche qui touchent des questions prioritaires. Cela dit, de telles initiatives peuvent effectivement contribuer à faire du Canada l’expert mondial en ce qui concerne la compréhension du cannabis. Il faudra cependant continuer d’investir pour découvrir tous les secrets de la plante du 21e siècle!

Sources:

Trurodaily.com

ICI.radio-canada.ca

CBC.ca