Bien que l’industrie du cannabis existe déjà depuis plusieurs années aux États-Unis, elle doit s’organiser sans le soutien des banques. Dans un contexte moderne, cette réalité peut sembler inconcevable. Pourtant, le gouvernement fédéral américain considère toujours le cannabis comme une substance illégale, ce qui limite les options financières. Un nouveau projet de loi pourrait cependant changer la donne.

Une situation exceptionnelle

Le Congrès américain se penche présentement sur une proposition qui vise à permettre aux banques d’investir dans l’industrie du cannabis. Les entrepreneurs souhaitent ardemment que cette mesure soit acceptée, car ils doivent présentement opérer comme le faisaient nos arrière-grands-parents!

En effet, les compagnies américaines fonctionnent presque exclusivement avec de l’argent comptant. Cela complique énormément le paiement des taxes, des employés et l’achat de matériel. Évidemment, qui dit argent comptant dit aussi transport physique de montants importants. Cette façon de faire augmente drastiquement le risque de vols à main armée. Les criminels endurcis sont d’ailleurs bien au courant de ce problème légal. Selon la moyenne des salaires, le simple paiement d’un employé de dispensaire peut représenter quelques milliers de dollars à chaque deux semaines. Il s’agit d’un appât bien juteux pour un braqueur!

Rationaliser le processus bancaire

Les banquiers exercent présentement des pressions sur les politiciens pour faire passer le Secure and Fair Enforcement Banking Act of 2019. Si cette loi est acceptée, il deviendrait légal pour les institutions financières d’accorder des prêts aux entrepreneurs du cannabis. Présentement, les banques risquent d’être accusées de blanchiment d’argent si elles se lancent dans une telle aventure.

Si le jeu n’en vaut pas la chandelle dans le contexte actuel, les banquiers souhaitent ardemment soutenir les compagnies de cannabis déjà existantes. Même sans prêts bancaires, les géants américains génèrent des revenus de plusieurs millions de dollars mensuellement. En fait, certaines estimations soutiennent que l’industrie américaine du cannabis pourrait valoir 146 milliards USD dès 2025.

Denny Heck est le représentant du 10e district de Washington au Congrès américain. Il croit qu’il est du devoir des élus de voter en faveur de cette loi afin de réduire le risque d’attaques de la part de criminels violents.  

Sources :

WashingtonPost.com

TheGuardian.com