Les municipalités québécoises s’inquiètent d’une éventuelle hausse des dépenses reliées à la légalisation du cannabis. D’ailleurs, le congrès de la Fédération canadienne des municipalités qui se tenait à Halifax la semaine dernière. À cette occasion, les représentants des municipalités se sont penchés sur cette question.

Des dépenses difficiles à évaluer

Pour le moment, nous savons que le gouvernement du Québec a promis aux municipalités un budget de 60 millions. Ce dernier sera étalé sur deux ans pour couvrir une éventuelle hausse des dépenses. Cela dit, certains représentants de villes et villages croient que le véritable coût pourrait s’avérer beaucoup plus élevé. La légalisation du cannabis récréatif est un changement législatif majeur qui n’a pas de précédent au Canada. Il est ainsi difficile de bien estimer les implications budgétaires de ce projet de loi. Les représentants des municipalités ont entre autres fait valoir que leurs services policiers respectifs devront consacrer plus de temps au contrôle du cannabis. De plus, des problèmes de zonage pourraient survenir et il faudra contrôler la consommation de marijuana dans les lieux publics.

Une préoccupation économique

Les représentants municipaux qui étaient présents à Halifax semblaient s’accorder sur le fait que l’essentiel est qu’il n’y ait pas de changements à leurs budgets. Vicky May-Hamm, la mairesse de Magog, affirmait d’ailleurs qu’il ne devrait pas y avoir d’impacts et de coûts supplémentaires pour les municipalités à cause d’une décision prise par un palier supérieur. Néanmoins, les municipalités auront leur part de responsabilité. En effet, elles devront prouver que leurs éventuelles hausses de dépenses sont reliées au cannabis afin de bénéficier de l’aide du gouvernement provincial.

Source : Radio-Canada