Malgré les bonnes intentions du gouvernement, il semble que pour le moment, la légalisation du cannabis profite surtout aux revendeurs illégaux. Une enquête menée par la Presse canadienne suggère que les consommateurs sont rapidement retournés vers le marché noir quelques semaines après la légalisation. Cela s’explique en grande partie à cause des longs délais de livraison et des ruptures de stock qui touchent les boutiques légales.

Visiter les dispensaires de Toronto

Des journalistes se sont rendus dans un dispensaire de la Ville-Reine. Sur place, des clients entraient et sortaient de l’établissement avec la régularité d’une horloge suisse. Selon les responsables de l’endroit, le seul changement observable depuis le 17 octobre dernier est qu’il y a beaucoup plus de clients qu’auparavant.

Les gens qui fréquentent ces dispensaires proviennent de toutes les classes sociales et de tous les groupes d’âge, mais leurs motivations sont similaires. Un étudiant universitaire mentionne d’ailleurs qu’il fait ses achats sur le marché noir pour éviter les problèmes de livraison associés à l’Ontario Cannabis Store. Fait intéressant, cet étudiant désire aussi éviter que ses achats de cannabis soient consignés sur ses relevés bancaires. La question de la discrétion influencerait donc également les clients.

Un problème à court terme seulement?

Martin Landry est un analyste pour la firme GMP Securities. Il estime que cette popularité du marché noir s’explique principalement par la pénurie généralisée de cannabis au Canada. Par contre, il croit aussi que ce problème est temporaire. Lorsque le système d’approvisionnement sera à point, plusieurs consommateurs pourraient préférer les alternatives légales.

Pour le moment, les experts de Statistiques Canada estiment qu’environ 5,4 millions de Canadiens vont vouloir se procurer du cannabis légalement pendant le dernier quart de l’année 2018. À l’inverse, 1,7 million de consommateurs se laisseront tenter par le marché noir. L’agence fédérale estime que les revenus légaux se situeront entre 816 millions et 1,1 milliard de dollars. Quant à eux, les revendeurs pourront s’attendre à des revenus qui vont varier entre 254 et 317 millions pendant cette même période.

Sources :

Business.financialpost.com

'