Toutes les agences touristiques vous le diront, on ne plaisante pas avec le cannabis en Malaisie. Là-bas, le trafic de cette plante peut vous valoir la peine de mort. C’est d’ailleurs le jugement qui a été rendu à l’endroit d’un homme qui vendait de l’huile de cannabis à des malades. Plusieurs voix s’élèvent afin de réclamer que le gouvernement assouplisse les lois reliées à cette substance.

Une activiste se fait entendre

Yuki est une Malaisienne qui souffre depuis des années d’hypokaliémie, une maladie qui déséquilibre les niveaux de potassium dans le sang. Cette condition médicale lui cause des douleurs chroniques au quotidien. Ainsi, malgré les lois très strictes de son pays, elle utilise le cannabis afin de soulager ces symptômes. Selon ses dires, le simple fait de fumer un joint lui permet de retrouver l’appétit et de bénéficier d’un sommeil réparateur.

Yuki a absolument besoin de cannabis pour vivre décemment. Elle considère qu’il est de son devoir de faire campagne pour favoriser la légalisation de l’usage médical de cette substance. Depuis maintenant près d’une décennie, elle multiplie les entrevues afin de présenter les côtés positifs du cannabis. Son combat lui a d’ailleurs valu de nombreuses arrestations et plusieurs séjours en prison.

Récemment, Muhammad Lukman a été condamné à mort pour avoir vendu de l’huile de cannabis. Cet ami de Yuki vendait sur Facebook des fioles d’huile de cannabis médical. Parfois, il donnait simplement le produit à ceux et celles qui étaient trop pauvres pour s’en acheter. Cette condamnation a suscité un vent d’indignation en Malaisie.

Vers un assouplissement des lois?

Une pétition circule présentement concernant le cannabis en Malaisie afin que la sentence de Muhammad Lukman soit revue. Plusieurs politiciens influents se retrouvent parmi les signataires, y compris le premier ministre Mahathir Mohamad. Nurul Izzah Anwar, une députée du People’s Justice Party, croit également que cette condamnation ne respecte pas l’esprit de la loi.

Selon des rumeurs persistantes, les politiciens locaux discuteraient depuis septembre d’une réforme majeure des lois malaisiennes. L’objectif serait de permettre l’utilisation de cannabis médical. Le premier ministre serait d’ailleurs favorable à cette proposition. Si tout se déroule comme prévu, la peine de mort pourrait également être abolie du code judiciaire, ce qui sauverait par la même occasion la vie de Muhammad Lukman.

Sources : BBC.com