La semaine dernière, le chef de police de la ville de Québec a annoncé qu’il s’attend à ce que ses employés ne consomment jamais de marijuana, même pendant leurs congés. Est-ce une demande bien réaliste? Nous le saurons d’ici une semaine, avec l’entrée en vigueur de la légalisation du cannabis.

Un vœu pieux

La demande de Robert Pigeon a fait sourciller plusieurs analystes vendredi dernier. Effectivement, ce dernier exige que ses policiers s’engagent moralement à ne jamais consommer de cannabis. Cela pour ne pas handicaper leur jugement. Selon lui, les effets à long terme du cannabis ne sont pas aussi bien documentés que ceux de l’alcool. Ainsi, il estime qu’il serait souhaitable de s’abstenir complètement de consommer cette substance pour ne pas courir de risques.

Cela dit, aucune loi n’interdit aux membres de forces de l’ordre de fumer de la marijuana. Ainsi, les policiers respecteront-ils le souhait de monsieur Pigeon? Il faut garder à l’esprit que le SPVQ ne pourra prendre aucune sanction disciplinaire contre les policiers qui songeraient à ignorer cette demande. Essentiellement, la grande majorité des corps policiers municipaux canadiens vont permettre à leurs employés de fumer du cannabis lorsqu’ils ne sont pas en fonction. Les membres des forces de l’ordre de Calgary sont les seuls qui devront s’engager à ne jamais toucher à cette plante.

Un climat hostile au cannabis à Québec

Décidément, la ville de Québec ne sera pas reconnue comme la plus 420 friendly d’Amérique. Cette déclaration du chef de police survient en même temps que l’annonce de l’interdiction de consommer du cannabis en public, même sur les plaines d’Abraham. Les nombreux touristes qui viennent profiter des plaisirs canadiens risquent donc de bouder la Capitale Nationale pour un moment.

Sources : Radio-Canada et Civilized

'