Les adeptes de la culture 420 savent depuis longtemps qu’il est possible de cuisiner des mets tout à fait uniques en ajoutant un peu de cannabis à la recette. Ceci dit, la légalisation des produits alimentaires contenant du THC est seulement prévue pour 2019 au Canada. D’ailleurs, certaines informations nous laissent croire qu’il sera particulièrement difficile de commercialiser de tels produits au Québec.

Des restrictions à prévoir

Si le gouvernement fédéral y parvient, les produits alimentaires à base de cannabis seront légalisés pour 2019. Les provinces auront cependant leur mot à dire dans la réglementation dans ce dossier. En effet, le gouvernement du Québec a déjà annoncé sa volonté de donner le monopole du cannabis à la Société Québécoise du Cannabis (SQDC). Dans cette logique, les restaurateurs et autres compagnies alimentaires ne pourraient profiter de cette opportunité économique. Leur seule possibilité serait alors de signer une entente bien spécifique avec la société d’État.

Ajoutons également que le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a déjà laissé entendre que des lois strictes pourraient être imposées en ce qui concerne les dérivés alimentaires du cannabis. Ce même ministère pourrait d’ailleurs exiger des études scientifiques portant sur la santé humaine avant d’autoriser la vente de produits contenant du THC.

Un sujet déjà controversé

L’illustre chef Jean Soulard a fait les manchettes au début du mois. L’annonce de son futur livre qui portera sur les recettes au cannabis n’est pas passée inaperçue. Il semble que plusieurs intervenants ne soient pas très friands de ce type de gastronomie. Émilie Dansereau-Trahan est spécialiste de contenus pour l’Association pour la santé publique du Québec. Elle croit que cela contribue à la banalisation du cannabis. « Comme on en est dans les premières étapes de la légalisation, il faut être prudent par rapport à ça », suggère-telle.

C’est donc une ambiance de méfiance généralisée qui règne. Ainsi, il ne serait pas surprenant que le Québec soit à la traîne des autres provinces, et même de certains États américains. En effet, certains d’entre eux permettent déjà la cuisine au cannabis.

Sources : Montreal Eater et Radio-Canada