Une femme de l’Alberta peut désormais se vanter de pratiquer un métier très particulier. En effet, Amanda Bladon a été sélectionnée pour tester les différentes variétés de cannabis qui sont sur le marché. Lors de son contrat d’un an, elle partagera son expertise du cannabis avec les Canadiens qui s’intéressent à cette plante.

Huit heureux élus

Lorsque ce contrat a été annoncé par la compagnie torontoise AHLOT, les responsables du projet furent immédiatement inondés de candidatures. Au total, 25 000 Canadiens tentèrent leur chance pour devenir des experts en cannabis. Amanda Bladon a été sélectionnée avec sept autres candidats. Ce groupe d’experts aura pour mission de guider les Canadiens dans l’achat de cannabis récréatif.

Martin Strazovec est le chef de la création chez AHLOT. Il explique que désormais, le Canada est sous les feux de la rampe en raison de sa législation pro cannabis. Dans ce contexte, il est important de bien faire les choses, ce qui implique de proposer à la clientèle des connaisseurs dignes de ce nom.

Des conditions intéressantes

Ces huit experts recevront un salaire intéressant de 50$ de l’heure pour leurs services. Le tout équivaut à environ 1000$ par mois en considérant le nombre d’heures de travail. Amanda devra entre autres analyser les qualités des différentes variétés de cannabis. Certaines sont plus appropriées pour la relaxation, alors que d’autres tendent à stimuler la créativité. Bien souvent, ces effets sont subjectifs. Il sera donc intéressant d’avoir l’opinion de consommateurs experts à ce sujet.

Amanda Blandon explique d’ailleurs qu’elle a commencé à fumer du cannabis pour stimuler sa créativité et pour diminuer son niveau d‘anxiété. Au début, elle avait l’impression de se lancer dans un univers mystérieux et complexe en raison du nombre de variétés disponibles. Elle a donc dû faire ses propres essais et erreurs pour déterminer les produits qui lui conviennent le mieux. Désormais, elle estime qu’il est de son devoir de partager son savoir avec les nouveaux utilisateurs.

Qui sait, ce métier pourrait devenir commun dans les années à venir!

Sources :

EdmontonJournal.com