La semaine dernière, un drone s’est écrasé sur le toit d’une école primaire du quartier Ahuntsic-Cartierville, à Montréal. En plus de donner un bon spectacle aux étudiants de l’endroit, l’engin transportait une cargaison bien particulière. On a en effet retrouvé avec le drone du tabac, des téléphones cellulaires et… plus d’un kilo de cannabis!

Une cargaison probablement destinée aux prisonniers

Or, l’école se trouve à environ deux kilomètres de la prison de Bordeaux. Il est donc fort probable qu’il s’agissait d’une livraison destinée aux prisonniers de cet établissement de détention. Ce mode de fonctionnement est d’ailleurs de plus en plus populaire depuis quelques années. En 2015-2016 seulement, 27 engins volants ont été aperçus ou interceptés au-dessus des prisons. En 2016-2017, ce nombre avait déjà grimpé à 120. Ainsi, les livraisons aériennes de cannabis semblent être devenues une réalité quotidienne pour les agents correctionnels.

Une enquête en cours à propos de l’écrasement

Les revendeurs de cannabis qui songent à utiliser les drones pour livrer leur marchandise devraient y réfléchir à deux fois. En effet, les experts de la police montréalaise analyseront l’appareil qui s’est écrasé sur l’école primaire. Ces derniers sont entre autres à la recherche de traces d’ADN pour retracer le propriétaire du drone chargé de cannabis.

Source : La Presse