Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi certaines personnes étaient si attirées par les nouvelles expériences, parfois même illicites? Pour certains, cette envie semble se déclarer bien avant la majorité. Une équipe de scientifiques s’est donc intéressée au rôle que joue la génétique dans l’intérêt pour la marijuana.

Est-ce que nos gènes nous contrôlent secrètement?

Cette recherche est le fruit d’un partenariat entre l’International Cannabis Consortium et 23andMe, la fameuse entreprise qui vous propose des analyses génétiques afin de découvrir qui sont vos ancêtres. Ces deux groupes désiraient donner suite à d’autres études plus anciennes. Celles-ci suggéraient que la génétique particulière d’un individu pouvait favoriser l’intérêt pour le cannabis.

Pour procéder, les chercheurs ont utilisé les données collectées volontairement chez les usagers de 23andMe et d’autres banques de données génétiques publiques. Au total, cela représente un échantillon impressionnant de 185 000 individus.

Il semble que huit sections du génome pourraient être reliées à l’attrait au cannabis. Cela dit, parmi tous les facteurs identifiés qui peuvent influencer un individu, ces gènes ne compte que pour 11 % des variables. En revanche, cette nouvelle étude est parvenue à identifier une vingtaine de nouveaux gènes qui semblent contribuer à l’attrait vers le cannabis. Elle confirme également l’importance du gène CADM2. Ce dernier est lié directement à notre niveau d’anxiété et à notre volonté de prendre des risques, notamment essayer des substances illégales.

Des facteurs environnementaux importants

Les gènes peuvent subtilement influencer nos préférences. Cependant, il semble que le contexte dans lequel nous vivions soit encore plus important. Étonnamment, la plupart des individus portés vers le cannabis proviennent de milieux aisés et fréquentent des universités. Selon les auteurs de l’étude, cet environnement favorise un accès plus facile au cannabis. Le simple fait d’avoir un revenu plus élevé est déterminant.

Au final, il semble que les gènes puissent nous prédisposer à vouloir essayer le cannabis. Cependant, notre environnement constituerait un facteur beaucoup plus déterminant. Soyez donc rassurés, nous ne sommes pas entièrement contrôlés par notre ADN!

Sources : ARS Technica