Selon les derniers chiffres, il semble que l’industrie du cannabis s’impose comme l’industrie la plus dynamique d’Amérique. En effet, le nombre d’emplois reliés au cannabis est en pleine explosion chez l’Oncle Sam, et tout semble indiquer que la tendance va se poursuivre.

Un boom économique inattendu

Selon un rapport produit par la firme Leafly and consultancy firm Whitney Economics, le cannabis est le secteur qui génère le plus de nouveaux emplois aux États-Unis. En seulement un an, cette industrie a créé 64 389 nouveaux postes à temps plein. Cela représente une augmentation spectaculaire de 44% comparativement à 2018.

Toujours selon les estimations, environ 200 000 personnes travaillent directement dans l’industrie américaine du cannabis. En extrapolant un peu, et en comptabilisant les acteurs de soutien comme les comptables et les avocats, ce nombre grimpe à 300 000 personnes. Ce résultat est tout bonnement exceptionnel, surtout si l’on considère que seuls quelques États permettent sa consommation récréative.

Il y a quelques années, plusieurs s’inquiétaient de la viabilité de cette industrie naissante, surtout en raison des lois fédérales prohibitives. Malgré tout, le secteur du cannabis représente déjà chez nos voisins une économie de 10 milliards de dollars. En 2018 seulement, la valeur de ce secteur a grimpé de 34%. Gageons que la légalisation canadienne du produit y est pour quelque chose, en plus de la soudaine démocratisation du CBD.

Un exemple bien particulier

Nick Colas, le cofondateur deDataTrek Research, explique que cette situation est bien particulière. En effet, lorsqu’un changement majeur a lieu, le marché de l’emploi réagit généralement négativement et des emplois sont perdus. Avec la légalisation du cannabis, c’est tout le contraire qui se produit. Malgré les rumeurs de ralentissement économique, le boom vert poursuit son expansion inespérée.

Pour le moment, nous ne disposons pas des statistiques canadiennes. Il ne serait pas surprenant que des résultats semblables soient dévoilés dès la fin de l’année 2019, un an après la légalisation du produit. 

Sources :

Cannabislaw.report

Futurism.com