Un peu partout au Canada, et plus particulièrement au Québec, il devient très difficile de se procurer du cannabis. Il semble que le réseau d’approvisionnement ne suffise pas à satisfaire la demande. Cette situation ne touche pas que le cannabis récréatif. Plusieurs malades qui dépendent de la marijuana médicale affirment ne plus pouvoir s’approvisionner convenablement.

Des témoignages inquiétants

James O’Hara représente l’organisme Canadians for Fair Access to Medical Marijuana. Dans le cadre de son travail, il rencontre régulièrement des patients qui ont besoin de marijuana médicale au quotidien pour traiter leurs crises d’épilepsie ou leurs attaques de panique. Depuis quelques semaines, il reçoit régulièrement la visite de patients désemparés qui n’arrivent plus à s’approvisionner. O’Hara estime qu’il ne s’agit pas de simples cas isolés, mais bien d’une véritable crise sanitaire qui touche tout le pays.

Une pénurie reliée à la légalisation du cannabis récréatif?

Selon certains, plusieurs producteurs de cannabis auraient décidé de se concentrer sur la culture de cannabis récréatif, car ce dernier serait plus rentable que la version médicale de cette même plante. Les commandes massives de marijuana passées par les sociétés d’État canadiennes, comme la SQDC, encourageraient les producteurs à se concentrer sur cet aspect du marché.

Peter Prete, un patient de Thunder Bay, affirme avoir acheté le plus de cannabis médical possible après avoir reçu un avertissement inquiétant de la part d’un ami qui travaille pour un producteur canadien de premier plan. Selon cet individu qui désire conserver l’anonymat, la priorité absolue de ses patrons serait désormais de subvenir aux besoins des consommateurs de cannabis récréatif.

Est-ce que cette hypothèse est fondée? Le directeur du Cannabis Council of Canada affirme que non. Allan Rewak admet cependant que les utilisateurs de cannabis médical font face à un sérieux problème d’approvisionnement. Selon lui, les commandes massives de marijuana médicale effectuées par les patients inquiets auraient contribué à vider les réserves des producteurs.

Dans ce contexte, les patients devront malheureusement prendre leur mal en patience car personne ne sait si cette pénurie va perdurer longtemps.

Sources :

CBC.ca

 

'