Les oméga 6 sont moins connus que les oméga 3, mais ils sont tous deux essentiels à notre santé!

Les acides gras essentiels (AGE)

Les acides gras essentiels (AGE), dont les fameux gras oméga 6 et oméga 3, sont dits « essentiels » parce que l’Homo Sapiens, comme tous les mammifères, est incapable de les synthétiser par lui-même. Il doit donc les trouver dans son assiette.

Or, les oméga 6 et oméga 3 sont indispensables à la bonne santé de nos tissus (os, muscles, nerfs, neurones, etc.) et de nos organes (cœur, cerveau, etc.). Par exemple, les oméga 3 contribuent grandement à la santé préventive de notre cœur et de nos artères. Les AGE participent au bon fonctionnement de fonctions aussi vitales que la reproduction ou la défense immunitaire. Bref, on ne peut pas s’en passer. Il y a pourtant une différence entre les oméga 6 et les oméga 3 et elle est importante.

Oméga 3 / Oméga 6

Si l’on entend moins parler des oméga 6, c’est parce qu’ils sont déjà très abondants dans notre alimentation moderne à base de protéines animales et de céréales, tandis que les oméga 3 sont « sous-représentés ».

Aujourd’hui, nous « bouffons » trop d’oméga 6 comparativement aux oméga 3. Selon tous les spécialistes, le ratio idéal se situerait autour de 3. Le ratio que nous retrouvons actuellement dans notre alimentation occidentale varie entre 10 et 30, selon les pays. C’est énorme!

Le chanvre est le seul aliment d’origine végétale à offrir un ratio parfait entre oméga 6 et oméga 3

D’une part, les aliments riches en oméga 3 sont plus difficiles à dénicher dans la nature. Les poissons gras (hareng, maquereau, sardine, saumon), les huiles végétales (dont l’huile de chanvre) et les noix en sont les principales sources.

D’autre part, nous consommons beaucoup d’huiles de mauvaise qualité dans les aliments industriels comme les mayonnaises, les vinaigrettes préparées et les plats cuisinés. De plus, les animaux de ferme, nourris auparavant essentiellement de fourrage (apport d’oméga 3), consomment aujourd’hui des moulées de maïs ou de soja (très riches en oméga 6).

C’est pourquoi nous entendons beaucoup moins parler des oméga 6. La surenchère de leur ingestion crée un déséquilibre dans notre corps car ces deux AGE (oméga 3 et oméga 6) sont en compétition pour les mêmes enzymes. Au final, cela nuit à l’absorption des oméga 3. Il nous faut donc consommer plus d’oméga 3 et/ou réduire notre apport en oméga 6.

Une analogie avec notre sport national

Si tous les joueurs d’une équipe de hockey étaient des défenseurs (oméga 6), l’équipe ne marquerait pas souvent de points et les parties seraient très ennuyantes! Les bons marqueurs sont plus « rares » (oméga 3), mais ils sont tout aussi essentiels que les défenseurs. C’est l’équilibre entre les deux AGE qui engendre une bonne chimie sur la glace. C’est alors qu’on gagne des matchs (la santé)!

C’est simple! Pour que notre organisme profite au maximum de l’apport alimentaire des oméga 6 et des oméga 3, il faut respecter un ratio optimal de 3 entre ces deux AGE. Or, c’est exactement le ratio dans lequel ces derniers sont présents dans les produits alimentaires à base de chanvre.

Le chanvre est le seul aliment d’origine végétale à offrir un ratio parfait entre oméga 6 et oméga 3

Le chanvre est le seul aliment de source végétale à contenir ces deux essentiels acides gras (AGE) dans une proportion idéale. L’huile de chanvre respecte donc elle aussi ce ratio idéal. Comme assaisonnement dans les salades ou sur vos légumes, c’est un choix santé judicieux vers un meilleur équilibre alimentaire. Quant aux graines de chanvre, elles sont tout aussi nourrissantes et équilibrées.

Si bien manger parait assez simple, bien se nourrir est toujours un peu plus compliqué. Faites donc du chanvre votre allié vers un meilleur équilibre alimentaire et une meilleure santé. Vous pouvez le consommer facilement dans toutes vos recettes maison.

L’huile de chanvre est un produit 100 % naturel, local et biologique. Alors, pourquoi s’en passer?