Ces derniers mois, plusieurs Canadiens impliqués dans l’industrie du cannabis ont été refoulés à la frontière des États-Unis. Certains se sont même mérité une interdiction à vie de mettre les pieds en territoire américain. Est-ce une simple coïncidence ou les douaniers obéissent à des instructions spécifiques à ce sujet ?

Un voyage d’affaires aux États-Unis, un projet risqué ?

Effectivement, ces trois derniers mois, au moins une douzaine de Canadiens impliqués dans l’industrie du cannabis se sont attiré les foudres des douaniers américains. Selon Len Saunders, un avocat américain spécialisé en immigration, avouer avoir consommé du cannabis une fois dans votre vie aux agents frontaliers peut vous valoir une interdiction de séjour permanente aux États-Unis.

Ainsi, il est important de garder en tête lors de vos voyages que même dans un contexte de légalisation du cannabis, les douaniers américains ne partagent pas l’engouement général pour cette plante.

Toujours selon Saunders, le simple fait de travailler dans l’industrie du cannabis, même indirectement, peut suffire à voir votre nom ajouté à une liste noire. L’avocat affirme que les responsables de l’immigration conduisent des recherches en ligne afin de déterminer si un voyageur est impliqué ou non dans une compagnie reliée au commerce de la marijuana.

Comment éviter les ennuis ?

Bill Blair, le ministre canadien de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé, affirme que la meilleure façon de procéder est de toujours dire la vérité aux douaniers américains. Ceci dit, Len Saunders est très critique de cette suggestion. Selon lui, il est plus sage de ne rien répondre si un agent des services frontaliers vous pose une question compromettante en lien avec le cannabis. Dans le pire des cas, un refus de répondre pourrait vous falloir une interdiction de séjour temporaire aux États-Unis.

 

Source : Biv.com