De plus en plus ouverts à l’idée, les responsables de la coopérative envisagent voir Desjardins investir dans l’industrie du cannabis. Il s’agit d’un changement plutôt drastique, considérant que Guy Cormier, le président et chef exécutif du groupe Desjardins, avait annoncé en 2017 que son organisation n’avait pas du tout l’intention de participer à cette industrie naissance.

Fournir du soutien aux entrepreneurs

Toujours selon Cormier, Desjardins n’aspire pas à devenir un chef de file dans le secteur du cannabis. Par contre, il réalise que certains de leurs membres ont de telles ambitions. Ainsi, la coopérative supporte déjà certains acteurs du marché québécois, notamment en fournissant du crédit et des prêts hypothécaires. D’ailleurs, elle n’exclue pas de procéder à des investissements sélectifs sur les marchés financiers.

Les banquiers craignent le cannabis

Tout comme Desjardins, plusieurs banques hésitent à se lancer dans l’aventure du cannabis. Bien que la substance ait été légalisée au Canada et dans plusieurs États américains, cette plante est toujours considérée comme une drogue illégale par le gouvernement fédéral américain. Cette situation est d’autant plus ambiguë si l’on considère que les sièges sociaux de plusieurs grandes banques sont justement situés aux États-Unis.

Malgré tout, lorsque des firmes comme Deloitte estiment que cette industrie pourrait générer des revenus annuels de 4,34 milliards de dollars dès l’an prochain au Canada seulement, la tentation d’investir devient difficile à ignorer. Bien que de telles projections semblent alléchantes, Guy Cormier mentionne que Desjardins a bien l’intention d’appliquer ses politiques habituelles. Ainsi, les investissements devront être conformes à la vision sociale, environnementale et corporative de la coopérative québécoise.

Nous pouvons donc nous attendre à ce que Desjardins épaule les entrepreneurs d’ici, mais ce changement de cap sera progressif. Il faudra probablement plusieurs mois, sinon des années avant que les prêts accordés à l’industrie du cannabis deviennent chose courante.

Source : Financial Post

'