Ces dernières années, la recherche scientifique s’est beaucoup intéressée aux substances naturelles afin de développer de nouveaux traitements pour combattre le cancer. Le chanvre, une variété de la plante cannabis sativa, est d’ailleurs particulièrement prometteur, par exemple pour le cancer des ovaires.

Le cas du cancer des ovaires

Dans une étude conduite récemment en 2018, les chercheurs de la Sullivan University College of Pharmacy ont testé le KY-Hemp. Il s’agit d’une variété de chanvre cultivée au Kentucky. On a administré un extrait de cette substance à des cultures de cellules ovariennes. Les résultats démontrent qu’en fonction de la dose administrée, le KY-Hemp parvient à ralentir la migration cellulaire. Cette découverte suggère donc que cette variété de chanvre pourrait être utilisée pour ralentir la progression des métastases chez les patientes diagnostiquées du cancer des ovaires.

Dans une seconde expérience similaire, les chercheurs ont à nouveau utilisé le KY-Hemp sur des cultures de cellules ovariennes. Leurs observations suggèrent que le chanvre ralentit la sécrétion d’interleukine 1 bêta. Cette substance produit naturellement de l’inflammation et accélère par la même occasion le développement de cellules cancéreuses. Le chanvre possède donc de précieuses vertus protectrices.

Une possible alternative thérapeutique

Ces découvertes sont particulièrement intéressantes pour l’industrie pharmaceutique, car pour le moment, le Cisplatin est l’un des médicaments les plus utilisés pour traiter les cas de cancer des ovaires. Or, on considère ce produit comme ayant une haute toxicité pour ses utilisatrices. Si un traitement est développé à partir du KY-Hemp, les patientes auront accès à une alternative thérapeutique à la fois plus sécuritaire et efficace.

Source : European Pharmaceutical Review et Experimental Biology 2018